Vol du "Mongolfier" le 25 octobre 1870

 fr 
 67 Bas-Rhin   Commune  : Heiligenberg
 Accessible au public
Coordonnées : 48°32'17"N 7°23'2"E.  48.53806 7.38389.  48°32.283 N 7°23.033 E

162-170 Rue Oberweg.
En descendant la vallée de la Bruche par la N1420, après Urmatt, prendre à gauche à un rond-point la D704. La suivre jusqu'au village qui est situé en hauteur. Au premier croisement (église à gauche, mairie à droite) prendre à gauche, jusqu'à la fontaine place Hugo Wegmann. A la fourche, prendre à droite la rue Oberweg. La stèle se trouve un peu après le réservoir d'eau sur la gauche.

La fresque se trouve dans le couloir d'entrée de la Mairie.
Le 25 octobre 1870, l'équipage du ballon à gaz "Montgolfier" composé du matelot Hervé Séné (ou Sané?), du colonel Delapierre et du commandant Le Bouedec (tous deux officiers de marine chargés de coordonner les troupes en province, décollent de la gare d'Orléans (actuelle gare d'Austerlitz) vers 8h30 confiant leur destinée au vent. Ils emmènent avec eux 220 kg de courrier et 2 pigeons voyageurs. Vers 11h, pensant s'être assez éloignés de Paris, ils amorcent une première descente au dessus de Nixéville, au sud-ouest de Verdun. Repérés par des Uhlans, qui les canardent, les Marins se délestent de deux sacs de courrier (environ 150kg). Lors de leur remontée, ils sont pris dans une tempête de neige, qui les amène très haut.
"Nous souffrîmes d'un froid tellement intense que nous ne pouvions plus nous entendre parler et que nos oreilles semblaient près d'éclater. Réellement nous crûmes notre dernière heure arrivée" déclara par la suite le commandant Le Bouedec. Les aéronautes auraient atteint l'altitude de 5 000 mètres.
Vers midi et quart, une nouvelle descente est entreprise sur un village situé sur une colline : Heiligenberg en Alsace. L'atterrissage est réalisé dans un champ en pente au nord-est de l'église, en surplomb de Mutzig où sont cantonnés 500 Prussiens.
La réaction des villageois, outre sa rapidité, est téméraire. Sous la direction du maire adjoint(M. Hubert Siat), en très peu de temps, l'enveloppe du ballon est partagée. Les armes, les uniformes et l'ancre sont cachés dans le fumier. Les cordes, la nacelle et les sacs restant de courrier sont camouflés; tandis que les marins, déguisés en bûcherons, sont évacués par deux villageois à travers le massif forestier.
Les Prussiens avaient repéré le ballon. A leur arrivée au village (moins d'une heure après l'atterrissage), aucun villageois n'a vu quelque chose.
Le village est condamné à payer une amende de 10 000 Francs, ou il sera rasé. Alors que les habitants avaient dépensé beaucoup d'argent pour la construction de leur église, la somme est rapidement rassemblée.
Les marins français devront passer à quatre fois les lignes ennemies, après une marche de 4 jours, d'environ 160 kms à pied.
Sur la soixantaine de "ballons montés" entre septembre 1870 et janvier 1871, partis de Paris, c'est le seul cas de Ballon tombé derrière les lignes ennemies, qui n'a pas été capturé.
Le couloir d'entrée de la mairie est ornée depuis 2007 d'une fresque, réalisée par Aurélie Mouchon, qui relate l'épopée du "Montgolfier". Une rue du village depuis a été baptisée au nom "du Montgolfier".
67 Bas-RhinAérostationBallons du siège de ParisAvant la 1ère GMPost 2e GMMilitairesFrançais
Signalé par : Jean-Loup Frommer.
Photos : Jean-Loup Frommer.
Date observation : 28/10/2013
Fiche ajoutée 09/11/2013 
Les images ci-dessous sont la propriété de leur auteur. Elles ne peuvent être reproduites, modifiées, diffusées de quelque manière que ce soit sans autorisation préalable, quel que soit le support.
Vous pouvez faire librement un lien vers cette page.
Stèle Vol du

Stèle Vol du

Stèle Vol du

Stèle Vol du

Stèle Vol du

Stèle Vol du