L'Aérophile - 1er-15 juillet 1928

FRONVAL



Le 28 juin, vers 15 heures, deux avions se heurtaient sur la piste de Villacoublay : l'un venait d'atterrir, piloté par Fronval, qui amenait sur le terrain un contrôleur du Bureau Véritas ; l'autre, piloté par le capitaine Cornillon, allait prendre son vol. Les deux appareils, sous la violence du choc, se retournaient et prenaient feu aussitôt. Les occupants, projetés au hasard,
s'en tiraient avec des contusions, mais l'infortuné Fronval restait carbonisé sous les débris.
Avec Alfred. Fronval disparaît une des figures les plus sympathiques et les plus populaires de l'aviation. Né en 1893 à Cambrai, il fit toute la première partie de la guerre dans l'infanterie, d'où il sortit avec la Croix de guerre et plusieurs citations. C'est en 1917 seulement qu'il vint à
l'aviation, breveté par l'Aéro-Club de France après avoir fait son apprentissage au Crotoy.
Aussitôt après, il est affecté comme moniteur à l'Ecole d'acrobatie de Pau, où il forme un nombre considérable de pilotes de chasse ; ses qualités d'instructeur et sa maîtrise parfaite étaient telles que malgré ses demandes, il ne put obtenir de se faire affecter à une escadrille, continuant à instruire des générations de combattants.
A sa démobilisation, il, était particulièrement désigné pour une école et entra comme chef pilote chez Morane-Saulnier, qu'il ne devait plus quitter. Spécialiste de l'acrobatie, Fronval triompha dans de nombreuses compétitions internationales à Amsterdam, à Anvers; etc., et plus particulièrement au récent Meeting de Zurich où il se classa premier devant 39 concurrents.
Chevalier des Ordres du Christ et de Léopold, Fronval avait reçu la Légion d'honneur au titre
de la promotion Ader. Mais surtout l'inlassable dévouement de Fronval à la grande cause aérienne, sa participation, toujours demandée et toujours obtenue, à tant de meetings avait fait de lui une des idoles de la foule. Toutes les provinces de France ont vu, au-dessus de leurs aérodromes, les stupéfiantes évolutions acrobatiques du petit monoplan Morane-Saulnier, orange et bleu, qui tant de fois se distingua dans les fêtes de propagande et de charité. Au. reste, Fronval s'était spécialisé dans un record non officiel, celui des loopings, qu'il porta au chiffre de 1.111. Il n'avait été battu que par l'Américain Holman, qui en effectua 1.433 il y a quelques mois.
Fronval, âgé de 35 ans, disparaît en laissant une veuve et deux jeunes fillettes, qu'un généreux mouvement, commencé au Meeting de Vincennes, doit mettre à l'abri des trop rudes épreuves ; et ce sera sans doute le meilleur hommage de l'Aviation française à la mémoire du disparu.