Article


Article de Jean Robin


Après l'attaque du 14 juillet 1943, la 8th AF procède le 3 septembre suivant à une nouvelle intervention sur les aérodromes utilisés par la Luftwaffe dans la zone nord de la France.
Le 100th BG va perdre quatre B-17 à cette occasion. Il est chargé de l'usine Caudron-Renault à Billancourt mais la cible est recouverte par les nuages. Cependant le B-17 « Torchy » XR- ? serial 42-30035 du 349th BS piloté par Charles B. Winkelman est touché à l'arrière par une autre Forteresse et le mitrailleur de queue Ennis M. Bankhead est tué sur le coup. L'ordre d'évacuation est donné et la Forteresse s'écrase à D'Huison-Longueville (91). Deux membres de l'équipage sont fait prisonniers et sept autres s'évadent ; ils confirment tous la collision et l'un deux, Michael F. Darcy croit pourvoir dire que c'est le B-17 42-30089 qui les a heurté ( ?). Thomas E .Combs qui a touché le sol à Ballancourt (91) confirme les faits dans l'E&E report 303 mais curieusement il n'y a pas eu de Missing Air Crew report établi.

Alors même que la formation se dirige sur la cible de secours, Beaumont le Roger, le B-17 42-20059 « Barker's Burdens » EP-G du 351th BS est atteint au moteur #3 par une bombe lâchée depuis la formation supérieure. Le pilote Floyd Charles W. Jr. maintient sa place dans la formation jusqu'à ce que le 42-30089 « Sunny » EP-K du 351th BS atteint de plein fouet par la Flak fasse un violent déport atteignant de son aile droite la queue du 059. Ce dernier largue alors ses bombes puis explose faisant huit tués. Les deux rescapés sont éjectés par l'explosion, ils seront fait prisonniers. (voir MACR 685). Bien que le moteur #2 et la soute soient en feu, le « Sunny » (MACR 684) part en piqué contrôlé et passe à travers les bombes du 059 ! Il y aura néanmoins cinq tués, quatre prisonniers et un seul évadé. La Forteresse se posera dans la vallée du Réveillon vers le bois d'Auteuil à Villecresnes (94).

Dans le E & E report 325 le rescapé Curry Trafford L. explique comment il tente de lutter contre le feu, coupe le moteur #2 mais les circuits électriques sont atteints et le circuit d'oxygène est en feu, il largue alors les bombes au dessus d'un bois avant de s'éjecter par la soute. Il ouvre son parachute trop tôt vers 4 à 5000 pieds et dérive jusqu'au Breuil Lieudit le Grand Val non loin de Combs-la-Ville (91). Il est recueilli et caché par Monsieur Antonio Bouvet du réseau Vengeance qui lui trouve une filière pour l'Espagne. Il arrive en Angleterre le 17 janvier 44, il est rapatrié aux USA le 25 du même mois.

Au sol la Forteresse sera coupée en deux par l'explosion d'une bombe restée en soute, tuant et blessant plusieurs soldats allemands accourus sur les lieux.
Voici la composition de l'équipage du Sunny selon le document 201 G-E-22 du Headquarters Eight air force :
Pilot 1st Lt. Richard C. King 0-661942 (KIA)
Copilot F/o Georges D. Brykalski T-60789 (KIA)
Navigator 2nd Lt. Ernest Anderson 0-730206 (POW)
Bombardier 2nd Lt. Hovde Edward Harold 0-731375 (POW)
Radio gunner T/Sgt McKnight Robert L. 18082247 (KIA)
Eng gunner T/Sgt Trafford L. Curry 18019460 (EVA returned to US per secret orders Nq USSAFE dated 25 jan 44.)
Ball turret gunner S/Sgt Harms Rudolph H. 16034540 (KIA)
Tail gunner Sgt Herber Hogge Jr. 39831072 (POW)
Left waist gunner S/Sgt Sides James Marshall 14085229 (POW)
Right waist gunner S/Sgt Donald E. Wise 34332947 (KIA).
Une quatrième Forteresse sera perdu sur le « bomb run » de Beaumont : Le 42-5865 «Janie» EP-H du 351th BS est atteint par la Flak, il explose. Il y aura deux tués, cinq prisonniers et trois évadés. (MACR 686).
Ce dossier a été mené avec l'aide de Claude Archambault.
Avec Monsieur Claude Foucher de Sivry-Courty (77) nous serons reçus par Madame Iban, la fille de Monsieur Bouvet en novembre 2005. Monsieur Bouvet a obtenu la croix de guerre pour ce sauvetage ainsi qu'un certificat de reconnaissance du Président des Etats-Unis d'Amérique.