L'Aérophile - 15 mai 1911

Albert KIMMERLING


Parce qu'il s'est tenu quelque peu à l'écart des grands événements sportifs qui ont ému les foules, les mérités d'Albert Kimmerling sont surtout connus de ses camarades aviateurs, mais ceux-ci du moins les apprécient à leur valeur. Ils savent que l'excellent aviateur lyonnais s'est voué à la diffusion de l'aviation dans sa région et qu'il a admirablement réussi dans cette œuvre de décentralisation sportive, non sans accomplir, quand l'occasion s'en présente, des prouesses remarquables.
Lyonnais comme tant d'autres personnalités connues de l'aviation, comme, les Voisin, comme Ferber, comme Colliex, Albert Kimmerling, est né le 22 juin 1882. Tout en poursuivant de sérieuses études, il donnait libre cours à son goût pour tous les sports, athlétiques aussi bien que mécaniques.
Il prit part de façon fort honorable à plusieurs courses d'automobiles et lorsque celles-ci se trouvèrent à peu près supprimées, il s'orientait vers l'aviation. En octobre 1909, il débutait à Mourmelon, comme élève-pilote, chez ses compatriotes Voisin, et dès le 27 novembre de la même année, il partait avec un biplan Voisin pour une tournée d'expériences publiques en Afrique du Sud. Il effectue des vols intéressants a East-London, puis à Johannesburg et à Durban.
Rentré en France en juin 1910, il va voler à Miramas. Puis à partir de juillet, il s'occupe activement de la fondation de l'Ecole Nationale d'Aviation du Rhône à l'aérodrome de Bron. Les concours les plus autorisés lui sont acquis, notamment l'appui de M. Antonin Boulade, l'actif et distingué président de l'Aéro-Club du Rhône et du Sud-Est et celui de la municipalité lyonnaise. Les élèves affluent, et, grâce à la méthode prudente et progressive de Kimmerling, passent aisément leur brevet sur les biplans Sommer, mis à leur disposition. Kimmerling fut l'un des premiers à préparer avec succès des candidats au nouveau brevet d'aviateur de la F. A. I., brevet dont les difficultés avaient été si exagérées par certains directeurs d'écoles d'aviation.
Kimmerling est certainement l'un des pilotes-aviateurs qui ont emmené le plus de passagers bénévoles, désireux de connaître au moins une fois les impressions d'une excursion en aéroplane. Quittant l'aérodrome, il a ainsi évolué tien souvent dans tout le Lyonnais et notamment, dans la région des Dombes. En février dernier, il participait brillamment aux manœuvres de garnison autour de Lyon. (V. Aérophile du 15 mars 1911) Tout dernièrement, avec un monoplan Sommer dont il venait à peine de prendre livraison, il tentait le raid Douzy-Lyon ; malgré les intempéries et la difficulté du terrain, il franchissait par étapes près de 400 kilom. et parvenait jusqu'à Macon, où un incident d'atterrissage l'immobilisait.
Telle est brièvement résumée la carrière d'un remarquable sportsman, qui pourra, lorsqu'il le voudra, prétendre aux plus beaux lauriers d'aviateur. Mais, pour l'instant, la direction de son aérodrome ne lui en laisse guère le loisir. Et c'est tant mieux pour la diffusion de l'aviation dans le Sud Est français.
M. DEGOUL